L’auto-sabotage

Qu’est-ce que l’auto-sabotage ? Est-ce que tu te sabotes toi-même ? Comment ça se produit ? Comment passer outre ?

Se critiquer constamment (consciemment ou inconsciemment), procrastiner, ne pas manger correctement, se comparer aux autres, se trouver des excuses, la dépendance (alcool, drogue, réseaux sociaux, etc.), être dans une relation amicale ou amoureuse qui est mauvaise pour soi, rester dans sa zone de confort, faire des choses qui ne te font pas avancer.

Tout ça, c’est les exemples les plus communs d’auto-sabotage. S’il est difficile de prendre conscience de nos actions envers nous-mêmes, il est important de savoir que l’auto-sabotage c’est la peur de l’échec et le fait de ne pas s’autoriser à faire ce que l’on doit faire.

Pourquoi est-ce qu’on s’auto-sabote ?

Car c’est une habitude bien ancrée dans notre quotidien. Nous sommes habitués à suivre le mouvement, nous comparer aux autres et, dans un sens je comprends parfaitement cette dynamique, mais cela mène aussi parfois au fait de ne pas savoir réellement qui nous sommes et donc d’avoir un comportement contre-productif à notre développement.

Nous avons besoin d’être conscient que pour réussir à atteindre ses objectifs, il ne faut pas se saboter mais que c’est aussi extrêmement compliqué et difficile (mais pas impossible) de se détacher de cette habitude.

Comment passer outre ?

Dans un premier temps, il faut apprendre à se connaître, pour de vrai et pas seulement l’idée que l’on se fait de soi-même ou ce que les autres pensent de nous. Le but est de soigner sa relation avec soi-même, de devenir son propre ami car, qui irait saboter son ami ?

Ensuite, il faut prendre conscience du sabotage quand il arrive. C’est difficile, certes mais en te prenant sur le vif, tu vas plus facilement comprendre tes mécanismes. Par exemple, j’ai récemment pris conscience que je me sabotais en consommant bien trop de contenu sur les réseaux sociaux car le plus souvent je n’apprends rien et surtout je ne me sens pas forcément bien après avoir consommé autant de contenu.

Troisième étape : sortir de sa zone de confort ! J’en ai déjà un peu parlé dans cet article de l’année dernière mais c’est vraiment quelque chose d’important pour moi cette idée de zone de confort puisque l’on ne grandit vraiment qu’en dehors de sa zone de confort.

Enfin, il est important de savoir que tout n’est pas facile dans la vie et que pour arrêter de se saboter soi-même il va falloir du temps et de la persévérance mais personnellement, je suis convaincue que si l’on est capable de s’auto-saboter, on peut aussi arrêter cela en travaillant sur soi.

5 commentaires

    • J’ai eu cette prise de conscience avec les réseaux sociaux comme toi puis j’ai cherché à les rendre « moins toxique », notamment en modifiant mes abonnements et en utilisant le « ceci ne m’intéresse pas » qui permet de faire le tri dans les contenus et d’avoir finalement un environnement plus serein pour se développer. 🙂

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s